Le musée d’Art Tôkaidô Hiroshige, ou les ukiyo-e appréciés dans le monde / par Saki

Bonjour à tous,
Bienvenue sur notre blog 🙂

Ici Saki, de Local Travel Partners !

Suite à notre article qui portait sur le col de Satta, nous nous rendons aujourd’hui au musée d’Art Tôkaidô Hiroshige également situé à Yui. 

Le musée d’Art Tôkaidô Hiroshige de la ville de Shizuoka est le premier musée à être nommé d’après le célèbre artiste d’ukiyo-e de la période Edo, Hiroshige UTAGAWA (1797-1858). Le musée a ouvert en 1994 dans le parc Yui honjin, à l’endroit même où se situait la 16ème auberge de la route du Tôkaidô lorsque l’on partait de Nihonbashi à Edo – l’actuel Tôkyô. On l’appelle l’auberge de Yui -ou Yuijuku-. A cette époque, la route du Tôkaidô était la principale route pour voyager de la capitale de l’Est Edo à la capitale de l’Ouest Kyôto. C’était l’une des cinq grandes routes créées par Ieyasu TOKUGAWA. La route du Tôkaidô est composée de 53 auberges, appelées “les 53 stations du Tôkaidô“. Vous trouverez des explications plus précises sur cette route si spéciale dans le précédent poste sur le col de Satta 🙂

Sur la gauche, voici la porte d’entrée du Yuijuku avec le musée en arrière-plan. Sur la photo de droite, vous pouvez voir le grand jardin du parc Yui honjin, ainsi que sa tourelle de garde.

Le musée est situé sur la route principale de Yui qui se trouve être l’ancienne route du Tôkaidô. En chemin, vous trouverez de nombreux endroits qui rappellent la période Edo.
A l’extérieur du parc Yui Honjin se trouve une petite rigole le long du mur dans laquelle se prélassent une douzaine de tortues. Lorsque nous sommes passés, elles prenaient le soleil sur les rochers à cet effet. Le point d’eau servait d’abreuvoir aux chevaux qui accompagnaient les voyageurs qui se reposaient à l’auberge de Yui.

En face du Yuijuku, nous avons trouvé une boutique traditionelle d’Aizome 藍染め japonais or ou teinture à l’indigo : le 正雪紺屋 -Masayuki Konya-. A l’intérieur, on peut encore y voir les outils d’antan ; depuis les jarres où fermentaient l’indigo aux corbeilles en bambous pour faire sécher les teintures. Les artisans -les grand-parents de l’actuel propriétaire- les utilisaient jusqu’à une soixantaine d’années !

 

Retournons au parc Yui Honjin et à son musée ! 

Nous nous sommes tout d’abord rendus dans le Tôkaidô Yui Honjin kouryukan 東海道由比宿交流館, avec une architecture en bois impressionnante et rassurante à  la fois. L’odeur à l’intérieur est très agréable et propice au repos ! Un kouryukan est un lieu d’échanges. Ici, on y trouve un espace culturel, un espace pour les touristes de passage, un lieu de repos et une petite boutique. Le bâtiment est ainsi utilisé à diverses fins. C’est un lieu où l’on peut découvrir l’histoire de Yui, trouver des informations touristiques, mais c’est aussi un lieu d’interaction au sein de la communauté de Yui.

Vous pouvez aussi prendre une pose dans le décor d’ukiyo-e du Nihonbashi : point de départ du Tôkaidô ! On peut y voir de près les différentes expressions des personnages ! C’est une différente approche de cet univers de l’image du monde flottant.

Il y a également une maquette du village de Yui village durant la période Edo. C’était interessant de prendre la même rue après avoir vu la maquette. Votre regard s’arrête sur des détails que vous auriez peut-être loupés autrement.

En route vers le musée ! Les photos y étaient interdites. Vous apprécierez d’autant plus la visite 😉

 

Memoril portrait of Hiroshige (from wikipedia)

Qui est Hiroshige UTAGAWA ?

(Ci-dessus, un portrait commémoratif d’Hiroshige par l’un de ses confrères Kunisada.)

Hiroshige UTAGAWA (1797-1858), de son vrai nom Shigeemon ANDÔ, est considéré comme le dernier grand maître de l’art traditionnel de l’ukiyo-e. Il a produit plus de 8000 oeuvres de son vivant. Il fut membre de l’école Utagawa. A ses débuts, ses oeuvres reprenaient des thèmes classiques du ukiyo-e tels que des représentations de femmes ou d’acteurs. Plus tard, il commença à produire des estampes de paysages -ou meisho-e 名所絵-. Ce sujet était inhabituel dans cet art et il y excellait. Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidô, esquissé pendant son voyage de Edo à Tokyo, furent le début de son succès.
Ses oeuvres sont hautement considérées en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis pour la subtilité des couleurs utilisées, en particulier l’indigo. On lui a donné l’appellation de “Japan blue”, parfois même de “Hiroshige blue” ! Monet ou Van Gogh, tous deux furent fascinés par son art.

Environ 1400 oeuvres, centré sur des chefs-d’œuvre de gravures de paysages sont conservés au Musée d’Art du Tôkaidô Hiroshige ! Sont inclus “Les Cinquante-trois stations de la route du kaidô” de Hiroshige (de la version Hoeidô), “Les Soixante-neuf Stations du Kiso Kaidō”, ainsi que “Les cents vues de Edo”.

Voici quelques une des gravures de cette fameuse série des “Cinquante-trois stations de la route du Tôkaidô” (version Hoeidou – 1833). Hiroshige était un maître de l’utilisation du bokashi ou ombrage :  vous pouvez le voir sur la deuxième estampe. C’est une technique utilisée dans l’impression d’estampes sur bois qui requiert beaucoup d’efforts et de temps. La troisième estampe montre le village de Kanbara sous la neige, c’est en vérité un endroit où il ne neige que très rarement. Cette représentation sort de l’imagination d l’artiste, certainement de son ressenti de l’endroit.

 

Cette année marque le vingt-cinquième anniversaire depuis la rénovation du parc. A cette occasion, le musée présente les différentes collections de ukiyo-e avec pour thème le Tôkaidô par Hiroshige UTAGAWA.

Le musée est constitué d’une grande salle d’exposition, où se trouve les gravures qui changent chaque mois. Il y a également un espace sur le savoir de base de l’ukiyo-e. Depuis la façon dont on procède pour produire un ukiyo-e à l’humour utilisé dans les ukiyo-e par les artistes, nous avons pu y approfondir notre compréhension de la culture d’Edo

Dans l’entrée du musée, il y a un espace où l’on peut s’essayer au hanga-zuri, qui est la méthode d’impression de l’ukiyo-e. Cette expérience nous permet de vivre par nous même la particularité d’impression de l’ukiyo-e ! Pour 300¥, nous avons pu imprimer nous-mêmes deux ukiyo-e : l’un d’eux est le Yuijuku et l’autre est une estampe qui changera tous les 3 mois. Cette fois-ci, nous avons ainsi fait la gravure de Mariko -la dix-neuvième de la série Tôkaidô-. 

Nous avons ainsi voir comment les estampes étaient réalisées, en superposant les différentes couches de peinture. C’est assez impressionnant de voir l’oeuvre se transformer avec chaque couleur appliquée. Un très bon souvenir à ramener qu’une planche que vous avez imprimée vous-même !
Ici, il reste la couleur rouge à ajouter pour compléter l’ukiyo-e.

 

Sur place, il y a également une maison de thé : le Miyuki-tei. C’est une maison commémorative du parc Yui honjin. Il s’agit d’une reconstruction du lieu de repos utilisé par l’Empereur Meiji (1852-1912) lors de ses voyages. Elle comprenait une salle pour les cérémonies de thé et un jardin à la japonaise. Si vous réservez suffisamment en avance vous pourrez y apprécier une cérémonie de thé traditionelle et un bol de thé maccha !

 

Après le musée, suivant notre appel du ventre, nous nous sommes rendu dans un restaurant non loin de là : le Itutuya 井筒屋 !

Nous avons commandé le spécial de Yui avec des beignets de sakura ebi et un bol de riz parfumé au sakura ebi. Il faut évidemment apprécier ces petites crevettes très parfumées, mais si vous êtes amateurs de produits de la mer vous ne serez pas déçus. Les hôtes sont habitués à recevoir des visiteurs étrangers et ont prêté une délicate attention à nos besoins.

Yui  est connu dans le Japon pour sa pêche des crevettes sakura -ou sakura ebi-. Si vous souhaitez goûter les beignets de crevettes sakura -ou sakura ebi kakiage-, les meilleurs se trouvent à Yui ! Vous y trouverez même la route du sakura ebi !

Chaque année a lieu un festival de la crevette sakura !

 

Si le monde de l’ukiyo-e vous attire, vous ne pouvez pas rater ce musée ! En chemin, vous apprécierez la route que prirent les innombrables voyageurs du Tôkaidô et les paysages alentours !

 

♦〈Horaires et tarifs du Musée d’Art Tôkaidô Hiroshige〉♦

  • Ouverture de 9:00 à 17:00. La dernière entrée se fera 30 minutes avant la fermeture.
  • Le musée est fermé tous les lundis. A l’exception des lundis fériés qui seront ouvert. Dans ce cas, le mardi qui suit sera fermé.
  • Le tarif d’entrée, à partir d’Octobre 2019, est de 520¥ pour les adultes – 310¥ pour les étudiants – 130¥ pour les collégiens et écoliers.

♦〈Accès au Musée d’Art Tôkaidô Hiroshige〉♦

  • En taxi ou en voiture depuis la gare JR de Yui, cela prend environ 5 minutes jusqu’au musée.
  • A pieds, environ 25 minutes depuis la gare JR de Yui (2 kilomètres).
  • Si vous venez en shinkansen depuis Kyôto ou Osaka, descendez à Shizuoka : cela prend environ 20 minutes sur la ligne JR du Tôkaidô de Shizuoka à Yui. Si votre shinkansen arrive de Tôkyô, descendez à la gare de Mishima : cela prend environ 40 minutes sur la ligne JR du Tôkaidô de Mishima à Yui.

 

Vous pouvez inclure le musée à votre tour de Shizuoka ! 

N’hésitez pas à nous contacter si vous êtes interessés ! 🙂

コメント

  1. この記事へのコメントはありません。

  1. この記事へのトラックバックはありません。

PAGE TOP