Ascension du Mont Fuji ! / par Saki

Bonjour  ! Bienvenue sur notre blog 🙂

Ici Saki, de Local Travel Partners !

Récemment avec la Coupe du Monde de Rugby qui se déroule au Japon et les prochains Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le Japon est à l’honneur dans le sport au niveau mondial ! Une image qui revient souvent est probablement celle du Mont Fuji 🙂

La montagne sacrée est symbolique du Japon et occupe une place particulière dans le coeur des Japonais.

Avec mon compagnon, un de nos objectifs cette année était l’ascension de celle-ci. Etant à Shizuoka, nous ne pouvions pas espérer meilleur endroit pour la préparer. Nous avons ainsi pu réaliser notre rêve au début du mois de Septembre !
Permettez-moi de partager ici notre expérience  🙂

Le Mont Fuji est une montagne que l’on peut apprécier de loin, et nous avons eu l’occasion de visiter de nombreux endroits liés à ce patrimoine mondial : le sanctuaire Fuji san Hongu Sengen, le centre du patrimoine mondial du Mont Fuji, la pinède de Miho.
Il était temps pour nous de défier la montagne elle-même !

 

Le Mont Fuji culmine le Japon à une altitude de 3776 mètres. Située à environ 100 kilomètres au sud-ouest de Tokyo, elle est l’une des “Trois Montagnes Sacrées” du Japon. En 2013, elle a rejoint le patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que site culturel :”Fuji-san, lieu sacré et source d’inspiration artistique“. Des milliers de personnes viennent du monde entier pour la gravir chaque année, durant la saison d’ouverture de la montagne au public.

 

Premier Jour

La saison officielle d’ouverture de la montagne au public commence au début du mois de Juillet et se clôture mi-Septembre. Le jour d’ouverture peut varier selon le sentier par lequel vous souhaitez monter.

Nous voici à l’arrêt de bus à Fuji ! Il est 10 heures du matin.

 

Il existe 4 sentiers par lequel nous pouvons monter le Mont Fuji, partant des différents flans de ce dernier :
1- le sentier de YOSHIDA, seule piste depuis la préfecture de Yamanashi par le nord de la montagne. C’est également le sentier le plus utilisé. Il est bien desservi pour toutes les personnes venant de Tokyo.
2- le sentier de SUBASHIRI, depuis le flan Est du mont. Lors de votre ascension, vous traverserez une forêt.
3- le sentier de GOTEMBA. La plus longue des routes, conseillée pour les randonneurs confirmés. C’est également la plus calme, il s’agit du sentier le moins utilisé des quatre.
4- le sentier de FUJINOMIYA. Le deuxième sentier le plus utilisé, c’est le plus court des quatre. La piste est abrupte est rocheuse.

Voici une carte disponible pour tous, répertoriant tous les chalets. Sont indiqués également les temps approximatifs entre chaque station pour l’ascension comme pour la descente ! 

 

Pour notre part, nous avons pris le chemin par Fujinomiya. C’est également l’entrée la plus proche de la ville de Shizuoka 

Pour chaque sentier, l’ascension est divisée en 10 étapes jusqu’au sommet. Ces étapes sont appelées “Stations” ou . Le point de départ au pied du Mont Fuji étant la Première station, la Cinquième station le milieu et la Dixième station le sommet. Dans la croyance du Mont Fuji, jusqu’à la Cinquième station nous sommes dans le domaine des humains. A partir de la Sixième station, il s’agit du royaume des cieux. C’est ici que se trouverait la frontière entre le ciel et la terre.
La plupart des randonneurs visent le sommet à partir de la Cinquième station. Celle-ci est accessible en voiture ou par bus ; de là, chacun continue à pied 🙂

La route de Fujinomiya commence donc à la Cinquième station et se dirige vers le sommet depuis le sud du mont Fuji du côté de la préfecture de Shizuoka, dans la ville de Fujinomiya. A la Cinquième station, nous sommes déjà au-dessus des nuages ! Les nuages passent à grande vitesse, c’est impressionnant !

Une fois sur place, il est conseillé de vous reposer quelques temps pour vous habituer à l’altitude et réduire ainsi les risques de mal des montagnes. Profitez-en pour faire votre toute dernière vérification et voir si vous avez tout ce dont vous aurez besoin !

A la Cinquième station, vous trouverez également les informations météorologiques de la montagne ; les horaires de lever et coucher du soleil du jour. 

Nous voici donc à notre point de départ : le sentier de Fujinomiya – Cinquième station à 2400 mètres d’altitude ! Il est midi et demi.

Après 15 minutes, nous arrivons au premier chalet à la Sixième station à 2500 mètres d’altitude. Probablement la partie la plus facile, sans trop de rochers 🙂
Aux différentes stations, vous pouvez vous procurer une canne en bois que vous pouvez faire graver dans le chalet ! Le marquage se fait comme sur la photo de droite.

Voici ces cannes, avec une clochette à son bout. Il en existe de plus courtes, ou en porte-clef pour un transport plus facile.

 

La météo est changeante en montagne ! Elle est imprévisible et nous pouvons passer d’un grand soleil à une grosse averse en un rien de temps. Vérifiez bien la météo avant de partir. Y compris durant l’été, les températures au sommet sont entre 5°C et 8°C ! Il sera important de prévoir plusieurs épaisseurs de vêtements ainsi que des vêtements de pluie pour ne pas vous laisser surprendre ! 

L’ascension au mois de Septembre était agréable. Nous avons fait ce choix pour éviter la foule, et cela ne nous a pas empêché d’échanger avec les autres randonneurs.
Pendant les vacances (la semaine d’Obon à mi-Août, notamment), il arrive que des embouteillages humains se forment !

Une vue magnifique. Une des particularités du Mont Fuji est son sol rouge. 
En dépit de son apparence sérène, le Fuji-san est un volcan considéré actif. Sa dernière éruption a eu lieu il y a environ 300 ans. Sa symétrie, comme un éventail inversé, a été façonnée par les différentes éruptions volcaniques qui se sont produites tout au long de son histoire.

Quelques rudes passages… Heureusement, des cordes marquent le chemin et offrent une aide bienvenue pour les franchir !

N’oubliez pas de faire des arrêts fréquents pour vous habituer à l’altitude ! Nous en avons profité pour observer la nature présente aux alentours 🙂

En amont de notre périple, nous avions téléphoné au chalet de la Neuvième station pour réserver pour une nuit : le chalet Mannen Yuki  萬年雪山荘 – ou le chalet des neiges éternelles. Au même moment, vous pouvez demander d’inclure le dîner et le petit déjeuner.

Nous atteignons le chalet vers 16:40. Cela nous a pris environ 4 heures pour arriver jusqu’ici. Le coucher du soleil étant prévu à 18:23, il nous restait du temps pour profiter de la vue !

Les fameux “unkai 雲海” ou mer de nuages !

On lève les yeux pour voir le chemin qu’il reste à faire jusqu’au sommet 🙂
La Neuvième station est à 3460 mètres d’altitude. Plus que 316 mètres de dénivelé !

A l’intérieur du chalet. Le chalet Mannen Yuki peut accueillir jusqu’à 250 visiteurs par nuit pour dormir. Chaque petite chambre reçoit 5 personnes ! Les toilettes sont gratuites pour les personnes qui passent la nuit sur place, une contribution de 200 à 300¥ est demandé pour les personnes qui font un arrêt. N’oubliez pas de préparer suffisamment de petites monnaies avant de partir !

Nous avons passé la nuit avec différents groupes dont un d’une quarantaine de jeunes lycéens. Les clubs de randonnée des lycées de la préfecture grimpent au Mont Fuji début Septembre, à l’approche de la fermeture de la montagne. Cette sortie a pour but de ramasser les éventuels déchets laissés au cours de l’été et ainsi garder la montagne propre. Une remarquable activité ! 

Du curry fut servi pour le diner. Le repas nous a réchauffés de l’intérieur. Rien de mieux pour un corps fatigué.

A l’arrière du chalet, nous avons trouvé une porte Torii en bois. Avec le soleil couchant en arrière-plan, on se sent envahi d’un sentiment mystérieux à se tenir à cet endroit.
Vous croiserez quelques-uns de ces torii durant votre ascension.

Ce fut notre première journée sur le Mont Fuji ! Extinction des feux à 20 heures au chalet. 

 

Deuxième jour

De nombreux randonneurs se lèvent vers 2 heures du matin pour se rendre au sommet avant le lever du soleil, afin de pouvoir l’observer de là-haut. Ce dernier était planifié pour les alentours de 5 heures ce jour-là. La lampe frontale est fortement conseillée si vous souhaitez monter de nuit ! Certains chalets en proposent. Pour notre part nous avons décidé d’attendre le lever au chalet Mannen Yuki

Lever tranquille vers 3 heures du matin avec un bentô en petit-déjeuner. Durant tout ce temps, nous avons pu voir les nombreux allers et venus des randonneurs nocturnes !

Prêt pour le lever du soleil !
Le temps est imprévisible, nous l’avons expérimenté le jour précédent. Il y avait beaucoup de brouillard ce matin-là, nous avons pu distinguer vaguement le lever du soleil à travers les nuages.

Durant notre dernière ligne droite vers le sommet, les nuages se sont retirés et ont laissé place à une superbe vue  !

A l’approche du point culminant le Japon ! Nous y sommes presque !

Il est 6 heures du matin et nous arrivons en face du Chôjô Sengen Taisha Okumiya 頂上浅間大社奥宮 – le sanctuaire shintô le plus haut du Japon. Reconnaissant d’être arrivé sans aucun souci, nous visitons le sanctuaire.

On ne le voit pas sur les photos mais il y avait déjà beaucoup de monde au sommet. Beaucoup d’entre eux commençait leur descente.

Arrivés au niveau du cratère du Mont Fuji, avec des nuages qui descendent celui-ci.
Vous pouvez en faire le tour, cela prend entre une et deux heures. 

Au plus haut point de l’archipel, nous avons une vue plongeante sur la péninsule d’Izu. On peut également voir l’océan Pacifique qui s’étend. Il n’y a pas de mot pour décrire ce que l’on ressent face à un tel spectacle.

Après quelque temps au sommet, où le temps semble à la fois s’être arrêté et paradoxalement filer à la vitesse des nuages, nous avons entrepris le chemin inverse, par le chemin de Gotemba !

Est-ce plus facile de redescendre ? Je n’en suis pas sûre. Les muscles utilisés pour la montée et la descente ne sont pas les mêmes. Le deuxième jour, les courbatures n’apparaîtront qu’en fin de journée. Heureusement le paysage est là pour vous faire oublier toutes ces choses superflues ! Les nuages ont laissé place à la vallée verdoyante au pied du mont.

Quelques arrêts pour se reposer.

Sur ce chemin, une fois la Sixième station passée nous entrons dans la section Osunabashiri, communément appelée “la grande course de sable”. La particularité de cette route de Gotemba est donc cette large section de sable volcanique qui peut se faire en courant sur une courte période de temps. Elle est appréciée pour cette raison. Mais imaginez-vous courir pendant 2 heures dans du sable, vos jambes subissent un certain choc. Je ne le conseillerai donc pas aux personnes qui ont une faiblesse aux jambes ou aux genoux. 

Je rajouterai également de penser à préparer des guêtres pour cette descente d’Osunabashiri. Les cendres se faufilent partout où il y a un espace. Pour les mêmes raisons, des lunettes et un masque sont les bienvenues.

Aussi, le brouillard peut s’épaissir à toute vitesse sur ce parcel ; prenez garde à bien rester sur le chemin balisé ! Durant la descente nous étions dans un brouillard la plupart du temps, et nous ne voyons pas au-delà de 10 à 15 mètres devant nous.

Notre point d’arrivée et dernier arrêt : la Cinquième station de Gotemba ou le Oishi chaya 大石茶屋 !
Le chalet met à disposition des randonneurs des bassines d’eau fraîches ainsi que des sortes de plumeaux afin que nous puissions nous dépoussièrer. Un petit simple et tellement bienvenu : Si vous portez des vêtements noirs à la Sixième station de Gotemba, ils seront marron clairs à la Cinquième lorsque vous arriverez à Oishi Chaya !

Des bus partent presque toutes les heures de la station de Gotemba. Nous avons donc attendu le suivant tout en nous remémorant les points forts de cette grande randonnée.
Les paysages éblouissants, les passages difficiles. Cette ascension du Mont Fuji fut un moment unique dont nous nous souviendrons à jamais.

 

 

Jours précédents notre départ

Prenez le temps de bien préparer votre ascension : que ce soit pour les affaires que vous prendrez avec vous, ou pour décider de votre chemin. 

Les indispensables :

  • Un sac à dos pouvant contenir environ 30L.
  • Des chaussures de randonnée, que vous pourrez porter sur une longue durée et qui maintiennent bien vos chevilles.
  • Des hauts manches longues et un pantalon. Choisissez quelques choses de confortable.
  • Des vêtements de pluie. Si vous le pouvez, un ensemble : une jacket et un pantalon.
  • Des vêtements contre le froid : doudounes et polaire. L’avantage de prendre plusieurs couches est que vous pourrez vous vêtir ou retirer selon la température. 
  • Un bonnet et des gants
  • Un sac-poubelle. N’oubliez pas : chacun ramène tous ses déchets !
  • De l’eau : compter environ 2 litres par personne. Quelque casse-croûte. Des barres protéinées ou des fruits.
  • Une trousse de premiers secours : avec vos médicaments habituels, des pansements.
  • De la monnaie pour les toilettes : de 200¥ à 300¥ pour chaque utilisation !
  • Une lampe frontale, si vous planifiez de vous déplacer pendant la nuit ou au petit matin.

D’autres choses qui peuvent s’avérer utile :

  • Des guêtres pour éviter le sable dans vos chaussures.
  • Des bâtons de marche.
  • Un casque.
  • Des lingettes. Pas de douches, bien sûr sur le Mont Fuji et l’eau y est précieuse.
  • Des lunettes de soleil et de la crème solaire.

Etudiez la carte et décidez quel chemin vous convient le mieux. Une fois décidé, il vous faudra appeler le chalet de votre choix ! Malheureusement les réservations ne se font pas en ligne.

Vérifiez à l’avance les horaires de trains et de bus à vos points de départ et d’arrivée ! N’hésitez pas à demander confirmation si votre montée se fait hors période scolaire Japonaise. Bien que pendant la saison, le nombre de bus se rendant aux cinquièmes stations peut varier de 2 à 10 par jour.

Le site officiel pour l’ascension du Mont Fuji explique dans le détail tout ceci ! 

Merci beaucoup de m’avoir suivie durant ce long article ! J’espère que vous y trouverez des réponses aux questions que vous vous posiez si vous considériez monter Fuji-san 🙂

 

 

Chez Local Travel Partners, nous pouvons organiser votre séjour dans un châlet du Mont Fuji ainsi que dans un ryokan -hôtel traditionnel japonais- au pied de celui-ci. Il s’agirait d’accommodations du côté de la préfecture de Yamanashi et l’ascension s’effectuerait par la route de Yoshida.
Vous pourrez apprécier la montagne sacrée depuis votre bain onsen la veille, et le jour suivant une navette gratuite vous emmènera à votre point de départ !

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de détails 🙂

コメント

  1. この記事へのコメントはありません。

  1. この記事へのトラックバックはありません。

PAGE TOP